Entrepreneur dans l’âme

ACHILLE MOUKOKO

C’est en 1999 que je prends réellement connaissance de la réalité d’une activité entrepreneuriale en travaillant avec ma mère dans son commerce (Une boutique Boucherie, Poissonnerie et a côté un bar Restaurant) au marché de Bonamoussadi à Douala Cameroun.
Mon frère et moi l’accompagnons acheter les viandes et poissons et l’aidions à tenir le commerce.

Mon baccalauréat obtenu, je choisi de m’expatrier pour étudier la gestion dans le but de revenir développer cette activité avec un réel potentiel (Nous étions fournisseurs agrée de Sodexho) et avions des lacunes en gestion d’entreprise.
Arrivé en Belgique, j’étudie effectivement la gestion logistique et pour des raisons diverses, décide de ne pas rentrer.

Je continue donc durant mes études à faire quelques petits business par-ci, par-là. Je suis par exemple commercial chez BELAFIM, la société d’un compatriote grand frère qui faisait de l’import-export de mèches, Je fais aussi les dossiers pour Visa Etudiants…

Quelques années plus tard, en 2008 précisément, j’ambitionne créer une entreprise d’e-logistique nommée BeLogistics. Je me butte à ma demande de financement car nous étions en pleine crise économique et les banques étaient pessimistes. Ayant compris cela, j’ajuste ce projet et crée un site une boutique de vente de cadeaux en multicanal (e-commerce, vente directe,) de cadeaux nommé BonCadeaux.be.

Les affaires sont timides au début, je suis indépendant complémentaire et du côté de mon employeur, je suis mis sous pression car ma productivité est impactée. Les commerçants demandent des garanties que je ne dispose pas, la boutique peine à disposer d’assez de produits pour sa fiabilité. On tient ainsi trois ans puis je dépose le bilan.
En 2012, Entrepreneur persévérant de mon état, après m’être fait arnaquer lors de l’achat d’un terrain à Douala, je constate une réelle lacune dans l’opérationnalité des projets immobiliers au Cameroun pour la diaspora. Je décide de faire un DES en gestion avec pour projet de fin d’étude le business plan visant à analyser la faisabilité de cette nouvelle entreprise. J’achève mon diplôme avec mention en septembre 2012 et l’entreprise voit le jour en décembre 2012. J’engage un agent de maitrise en construction et une secrétaire assistante administrative qui ont pour principale mission, le suivi des constructions confiées.

Au début nous rencontrons des difficultés car TPG-Immobilier Sarl couvre l’ensemble des prestations de la construction à l’immobilier et ce choix stratégique rencontre très vite ses limites au niveau opérationnel au Cameroun. Nous adaptons donc la stratégie et nous nous spécialisons dans le foncier principalement avec en projet le développement de projet immobilier d’un genre nouveau. Nous analysons la chaine de valeur de cet écosystème et nous nous rendons compte des réels besoins de la diaspora. Nous développons directement le « Baromètre Immobilier du Cameroun » car il y’avait un flou artistique et une opacité dans ce marché, les informations étaient rares ou erronées.

Ce lourd travail fut énergivore et budgétivore, heureusement, avec l’abnégation et une vision claire, nous avons tenu. Nous avons fermé l’agence au détriment d’un bureau mobile, nous avons modifié la relation avec les collaborateurs en partenariat payé à la mission sur résultat.
D’un besoin citoyen, il a en fait une entreprise rentable. Aujourd’hui en 2018 TPG-Immobilier International s’est donc positionné sur une niche avec rentabilité.